Zarboth

 
 

Rising from the [un]sophisticated underground of Paris, Zarboth began after a chance meeting between Etienne Gaillochet (We Insist!) and Phil Reptil (La Theory du Reptil) in 2007 whilst on a fascinating educational outing. After forming an instant bond of friendship, the two realised they had known of each others musical projects for years but had never met. They immediately decided to get together for a jam, and blindly stumbled together into a project full of twisted rhythms, beautiful yelling and playful staccati, giving birth to a union of experimental rock, jazz & metal brimming with old-school punk attitude.

Zarboth est né en 2007, dans l’underground parisien, de la rencontre de Phil Reptil (La théorie du reptile / Osteti) et de Etienne, batteur dans We Insist !. Ils sont partis du constat qu’ avec leur batterie DW et leur guitare 7 cordes, ensemble, ils pouvaient exprimer des hoses impossible à sortir avec leurs groupes respectifs. De jams en répétitions, le groupe s’est forgé une identité mélangeant punk, noise, metal et rock indé. Le duo s’énerve, chante, crée des ambiances, on ne s’ennuie pas, ça part dans tout les sens.

On pourrait penser à des productions de Ipecac, Tzadik, ou encore de Skin Graft. Mais ce duo possède une identité qui le démarque des autres : l’énergie et la spontanéité. Le lien avec Pneu ne se fait pas seulement à cause du label Head Records.


ZARBOTH - zarboth

Derrière un nom nous qui pourrait être emprunté au seigneur des anneaux (ou à un groupe hongrois?) se cache un duo formé par le batteur de We Insist! et le guitariste Phil Reptil (La théorie du Reptile). On passe la pochette d'un goût douteux pour se plonger dans le vif du sujet. On connaissait le savoir-faire technique des gars, mais, dans ce projet, les deux spécialistes semblent décider à se lâcher. On est là pour transpirer, pas pour jouer les virtuoses. Tant mieux ! La guitare sept cordes couvre un spectre large, donnant régulièrement l'impression d'entendre une basse saturée, tandis que la batterie injecte une énergie démoniaque. Et si le duo cite les principaux labels barrés de la planète (Ipecac, Tzadik ou Skin Graft), c'est bien du côté des quelques groupes abusivement qualifiés de jazz-core qu'on se tourne. Ayant définitivement l'impression d'entendre un basse-batterie, c'est le souvenir des Belly Button et de Nomeansno qui reviennent régulièrement à l'esprit. Nomeansno au niveau des chants, et Belly Button pour l'énergie débridée. Rien d'encombrant donc, mais de belles références tout de même. Zarboth titille tour à tour, et dans le désordre le plus complet, le punk, le metal ou la noise, n'hésitant pas à injecter un certain lyrisme ici ou là… pourtant, malgré les nombreuses escapades, les compos ne se perdent pas en détours pompeux. Le groupe avance droit devant, avec une énergie bien punk dont le son gras et bruyant rend toute la désinvolture. Ça sent la sueur et le poil par ici… bien plus que l'odeur aseptisée de la boite de jazz (© Michel Jonasz) ! Pendant tout juste 30 minutes, les deux protagonistes, bien qu'habitués aux musiques barrées, évitent les acrobaties trop aventureuses et donnent vie à un monstre particulièrement humain, et définitivement rock. Une bonne surprise en somme.

[mg] pour www.positiverage.com

First release at Head Records, Discorporate Records

 

BIOGRAPHY

Official links

  1. zarboth.fr

CD RECORD

Zarboth

Kwakiutls

GET IT NOW ON

OUT NOW

Zarboth

Kwakiutls